28/10/2013

Ne pas oublier de

photographe,photographie,irving s. t. garp,nu,nune,femme,post-it

L’œuvre « Ne pas oublier de » nous plonge directement dans l’univers décalé et déconcertant de l’artiste Irving S. T. Garp. Comme à son habitude, il fait bien plus que nous provoquer un simple sourire et nous emmène dans un monde de réflexion et de remise en cause. 
Une fois le premier rictus passé, la question « Que ne faut-il pas oublier ? » apparaît comme une évidence.



Est-ce le naturel de cette nudité qui contraste avec les images sexy et glamours des femmes nues sur papier glacé, rappelant que le corps n’est pas un simple objet de désir ? Est-ce la disparition de l’être dans une société de communication de masse où chaque individu lutte quotidiennement pour se différencier tout en restant dans les standards sociétaux ? Ou tout simplement, le besoin, en tant qu’Homme, de tenir ses engagements, d’être une personne digne de confiance, n’ayant qu’une seule parole ; la femme nue se trouvant alors sur la photographie uniquement pour le plaisir des spectateurs et celui de notre photographe ayant l’envie de dévêtir ce charmant modèle…

Pour ma part, travaillant en permanence sur la place du corps et de la beauté dans la société (NDLR : www.un-anonyme-nu-dans-le-salon.com), cette œuvre me rappelle à quel point le visage est si important dans l’attirance, dans la construction de l’individu. Sans sourire, sans regard, sans expression, le corps se vide de sa force vitale et séductrice, devenant le porte-post-it présenté ici. Le léger vignettage de la photographie, tout comme l’absence de différents plans nous montrent cette volonté de réduire le champ de vision, plaçant au fond le spectateur dans une situation assez proche de celui du modèle, nous obligeant ainsi à trouver les réponses aux nombreuses questions évoquées dans cette œuvre. Chacun y trouvera forcement des réponses différentes, mais là est toute la force de l’art contemporain : nous amener à trouver les réponses aux questions que l’artiste nous propose.


Idan Wizen


Idan Wizen est un artiste photographe franco-israélien né en 1984 et travaillant à Paris. Connu principalement pour son projet « Un Anonyme Nu Dans Le Salon » où il tente de mettre à nu l’humanité, il travaille sur la place de la pudeur dans la société ainsi que sur celle de la beauté et de l’attirance. De manière systémique, il propose à chacun, sans le moindre casting de le rejoindre dans son studio photo pour une séance de portraits nus. Plus d’informations : http://www.un-anonyme-nu-dans-le-salon.com


| |  Facebook | | |

09/07/2013

Les Stigmates de la Beauté

Les Stigmates de la Beauté.jpg

"Avez-vous remarqué comme la photographie – cet art qui prétend nous montrer les choses comme elles sont – a le regard bien sélectif ? Les familles sont heureuses et unies, les voitures neuves, la météo clémente et la nourriture abondante sur des tables peuplées de gens très sympathiques et bien sobres… Montre-t-elle autre chose, c’est alors du journalisme ou du documentaire… et plus l’image est alors terrible, plus elle fera recette.

Pour ma part, je crois plus à la force du réel qu’à l’intérêt de passer tous les clichés à la moulinette de Photoshop ! Un corps –plus encore s’il est nu – peut être plus ou moins beau, plus ou moins agréable à regarder, mais dans tous les cas, il porte les traces de son histoire (une cicatrice par ci, une vergeture par-là), mais aussi d’événements bien plus récents (une marque de bronzage, celle d’un sous-vêtement, une rougeur due à une allergie ou une petite infection) ainsi que les signes de son espèce (comme cette pilosité qui, homme ou femme, recouvre plus ou moins discrètement l’ensemble de notre corps).

Avez-vous remarqué comme la publicité (et toute la photographie qui s’y assimile comme celle qui représente nos vedettes) a horreur de ces signes de vie ? La peau est lissée au point de ne plus être une peau, mais une surface synthétique. Tout poil disparaît, toute ride, toute trace d’âge ou de fatigue.

Et pourtant, n’est-ce pas dans ces stigmates que résident précisément la beauté ainsi que notre humanité ?"

 

Charles Lemaire 

Photographe 

http://biloko.blogspot.be/

 

| |  Facebook | | |