23/12/2013

Mikado

photographe,photographie,irving s. t. garp,homme,femme,mikado,couple,hétéro,bisexuel,bisexualité,homosexualité

Mikado
(2 hommes, 2 femmes… combien de possibilités ?)

Ma « minute Mikado » ou comment, Irving S. T. Garp, ce photographe à « l’esprit très ouvert » (ça, c’est lui qui le dit, mais on n’en pense pas moins) et à l’univers «décalé » (ça, c’est lui qui le dit aussi et on est toujours autant d’accord)  a offert à la biostatisticienne que je suis, la possibilité de philosopher avec le Commun des Mortels sur le fait que l’analyse combinatoire et probabiliste, ce n’est en définitive pas bien compliqué et que celle-ci trouve des applications fort concrètes dans notre quotidien…
Avec son « 2 hommes, 2 femmes… Combien de possibilités ? », Irving S. T. Garp nous invite à une séance de calcul intuitive et imaginative des « Duos » et des « Trios » possiblement attribuables à ces quatre paires de jambes… Il laisse donc, aux plus Inventifs, mais peut-être aussi aux  plus Tolérants d’entre nous, une porte ouverte sur « l’Exploration des possibles ». Il est probable que certains « esprits mathématiques de base »,  pourraient proposer une résolution facile du problème, qui tiendrait en une simple objectivation d’un « Quatuor » unique… Mais ces individus ne seraient-ils pas, dès lors, considérés comme « tendant vers la  limite du décadent » ? En réponse, les « Trop bien-pensants », eux, diraient que cette combinaison a une existence nulle et surenchériraient en affirmant que certaines probabilités sont conditionnelles, voire mutuellement exclusives : qui dit paire de jambes masculines, dit obligatoirement paire de jambes féminines… Mais n’oublions pas, et cela que l’on soit biostatisticien ou pas, que c’est la Tolérance et l’Ouverture d’esprit qui doivent guider nos pas pour que chacun d’entre vous, d’entre nous, puisse trouver (appliquer et/ou modifier) la « combinaison » qui lui plaît.

Christelle Senterre.


| |  Facebook | | |

02/07/2013

Chambre à Part

irving s. t. garp,photographe,photographie,homm,femme,couple,chambre,lit,sexualité,hétéro,gay,lesbienne,homosexualité

Dans le lit, tout est affaire de taille : 1m20, 1m40, 1m60, voire plus de 2 mètres sur 1m80, 2 mètres et plus encore… C’est donc un peu plus d’1.05 m² qui distingue le lit d’amour du libertin du lit au format le plus répandu sous nos latitudes. 1 mètre² qui peut faire toute la différence puisque de lieu de proximité, de promiscuité des corps menant inévitablement à une rencontre sensuelle, il peut se muer en une frontière, un mur, un no mans’ land séparant ces mêmes corps qui d’objets de désir et d’union sont devenus étrangers l’un pour l’autre, dépositaires de la colère, de la rancœur, de la lassitude mais toujours objets des passions humaines. Bien que conjugal, le lit n’en est pas moins composé de deux parties, le côté gauche et le côté droit, et à chacun son côté !  Ainsi, selon le moment et l’humeur, un est deux et deux font un. Il voit la  rencontre de passage comme celle de toute une vie. Il est le témoin privilégié de la condition humaine : on y naît, on y dort, on y fait l’amour, on y souffre, on s’y déchire, on s’y retrouve, on s’y réconcilie, on y parle, on y meurt. S’il est objet de repos, il est également sujet d’évasion. Un lit, c’est quelques mètres carrés qui constituent un monde en soi, témoin privilégié de la destinée humaine qui parfois s’efface sous la forme d’un canapé.

Philippe Rouard




| |  Facebook | | |