18:32

9 déc

La Vie est une Salle d'Attente

photographe,photographie,irving s. t. garp,mort,vie,décès,salle d'attente,petitefille,cercueil

"Une enfant, un cercueil, un décor sobre, impossible de ne pas réagir. Que l’on aime ou que l’on déteste, cette photo interpelle.
Elle soulève en effet un sujet sensible dont l’existence est souvent mise de côté jusqu'à y être réellement confronté. La mort, sujet sensible, sujet tabou. L'interpellation est accentuée par le fait que le modèle est une fillette, d’autant plus qu’elle est seule à poser. En tant que parent, la sensibilisation n’est que plus intense.
Plusieurs questions se posent alors :
La vie se résume-t-elle à attendre la mort ou est-ce la mort qui nous attend ?
Notre vie n’est-elle qu’une naissance qui se clôture par la mort ?
Notre existence n’est-elle qu’un transit vers un ailleurs ?
Au final, sommes-nous seuls ?
La réalité de cette photo exposée de manière brute, sans artifices, n’arrêtera pas de soulever des idées enfouies, celles qu’il est plus facile d'ignorer. Pour moi, la vie ne se résume pas à une attente de la mort, je préfère la vivre comme une histoire sans fin. Certes, la mort me rattrapera certainement trop vite, mais en attendant, je profite de l’innocence qui m’est offerte. L'être humain n’est pas destiné à errer seul, il se construit avec et grâce aux autres. 

L’art d’Irving S. T. Garp, par ses différents clichés, nous dénonce des faits, des idées, des interrogations, quel que soit le style utilisé. Parfois humoristique, parfois dramatique et même parfois gore. L’auteur dénonce. Est-ce pour lui une sorte d’échappatoire ? Il expose ces vérités au grand jour et nous prend comme otages de cette remise en question. Finalement, l’indifférence est impossible, et c’est bien là le but recherché. Pari gagné !"


| |  Facebook | | |

10:06

7 jan

J'irai sniffer sur vos Tombes

J'irai sniffer sur vos Tombes - I.jpg

Une seule image… Pourquoi Irving S. T. Garp ne m'a-t-il proposé de ne commenter qu'une une seule image ? Cherche-t-il à déstabiliser ma plume ? On se reconnaît facilement dans chacune d'entre elles. Je rumine, passe en revue avec minutie ses galeries, cherche la réponse dans des signes dit paranormaux que le Ciel, un dénommé « Dieu », nous envoie….
Rien à faire... Merci pour la tuile, j’accepte mon moment « humain » de solitude.
Soyons franc, j'en pince pour la globalité de son travail, tellement vrai, par la simple mise en scène du genre humain et de ses tocs.
Recette? Un zeste de talent, surtout pas de lyrisme et beaucoup d'humour, d’humour piquant. Les idées vêtues de manteaux noirs, qui sont de celles qui vous mettent ce sourire de La Joconde au coin de la lèvre.
Irving, avoue que tes histoires transpirantes de vérité ont dû, plus d’une fois, te faire vivre des nuits blanches amenant presque à la névrose pour les mettre sous « film »?
Je ne suis pas d’accord, mon ami sur le terme « d’amateur ». Tu sais, sans le savoir, où tu vas, et tu t’étonnes que le temps de quelques flashs, tes modèles devenus complices, te suivent à la lettre dans tes réalisations ? Irving, mon cher, tu racontes si bien ce que nous sommes ou pensons dans ce petit jardin secret, arbitré par les anges et les démons de nos pensées.
Choquer gratuitement? Non, la poésie se décèle ici et là.

Victoria Von Fliedner

| |  Facebook | | |