30
déc

Room Service

photographe,photographie,irving s. t. garp,room,chambre,hôtel,femme,nu,nue,nudité

Chère Madame Garp,
Par la présente, je suis au regret de vous informer de l’échec de votre mariage. En effet, votre mari est un salopard de première.
Chère madame, je suis la promotion de votre mari, sa réunion tardive du jeudi soir, ses week-ends en congrès et j’en passe… 
Dernièrement, j’ai découvert qu’il était largement promu au point d’atteindre le poste de directeur général de l’entreprise « Je trompe ma femme ».  J’étais moi-même stupéfaite de constater qu’il cumulait les responsabilités avec tant d’ardeur dans le seul but de faire fructifier sa petite entreprise très personnelle. Certes, votre mari est un homme audacieux.
Vous comprenez qu’apprendre que cet homme vous est infidèle avec d’autres que moi, je ne peux le supporter.  J’ai beaucoup de peine à vous l’annoncer ma chère, mais j’aime votre mari. Son charme a eu raison de mon intégrité mentale, il m’a rendue folle à lier. Je ne compte plus les heures passées à côté de mon téléphone à attendre son appel salvateur. Ma vie se résume aux quelques heures qu’il me consacre par semaine et cela doit cesser. Ma mère m’avait pourtant mise en garde contre la nature des hommes. Aucune femme n’est à l’abri de l’égoïsme masculin sur cette terre.
Ce matin, j’ai couché avec lui pour la dernière fois. Comme à son habitude, il est arrivé souriant, heureux à l’idée de prendre son petit-déjeuner entre mes cuisses. Il dégueulait des mots d’amours sans s’arrêter, m’assurant votre séparation imminente.  Comme à mon habitude, j’ai joué la maîtresse passionnée avant de m’embraser sous son corps d’Apollon. A peine l’extase terminée, il a filé à toute allure prétextant une réunion très importante.
Rassurez-vous, je ne verrai plus votre mari. L’humiliation a atteint son paroxysme. Je quitte son équipe de room service. Je démissionne.
Permettez-moi de vous conseiller d’en faire de même…
Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments distingués.


A


| |  Facebook | | |

23
déc

Mikado

photographe,photographie,irving s. t. garp,homme,femme,mikado,couple,hétéro,bisexuel,bisexualité,homosexualité

Mikado
(2 hommes, 2 femmes… combien de possibilités ?)

Ma « minute Mikado » ou comment, Irving S. T. Garp, ce photographe à « l’esprit très ouvert » (ça, c’est lui qui le dit, mais on n’en pense pas moins) et à l’univers «décalé » (ça, c’est lui qui le dit aussi et on est toujours autant d’accord)  a offert à la biostatisticienne que je suis, la possibilité de philosopher avec le Commun des Mortels sur le fait que l’analyse combinatoire et probabiliste, ce n’est en définitive pas bien compliqué et que celle-ci trouve des applications fort concrètes dans notre quotidien…
Avec son « 2 hommes, 2 femmes… Combien de possibilités ? », Irving S. T. Garp nous invite à une séance de calcul intuitive et imaginative des « Duos » et des « Trios » possiblement attribuables à ces quatre paires de jambes… Il laisse donc, aux plus Inventifs, mais peut-être aussi aux  plus Tolérants d’entre nous, une porte ouverte sur « l’Exploration des possibles ». Il est probable que certains « esprits mathématiques de base »,  pourraient proposer une résolution facile du problème, qui tiendrait en une simple objectivation d’un « Quatuor » unique… Mais ces individus ne seraient-ils pas, dès lors, considérés comme « tendant vers la  limite du décadent » ? En réponse, les « Trop bien-pensants », eux, diraient que cette combinaison a une existence nulle et surenchériraient en affirmant que certaines probabilités sont conditionnelles, voire mutuellement exclusives : qui dit paire de jambes masculines, dit obligatoirement paire de jambes féminines… Mais n’oublions pas, et cela que l’on soit biostatisticien ou pas, que c’est la Tolérance et l’Ouverture d’esprit qui doivent guider nos pas pour que chacun d’entre vous, d’entre nous, puisse trouver (appliquer et/ou modifier) la « combinaison » qui lui plaît.

Christelle Senterre.


| |  Facebook | | |

16
déc

Un Calme apparent

photographe,photographie,irving s. t. garp,femm,attente,fantômes,dépression

J'aime beaucoup cette photo avec la présence de cette fille qui étonne ou qui effraie par son apparence torturée, aliénée. C’est la démence et la peur de cette différence qui me touchent le plus, sans doute parce que j’étudie la psychologie. A mes yeux, cette photo est une excellente représentation de l'aliénation ! La froideur, la terreur dégagée par le décor, par les expressions du visage reflètent le quotidien des personnes au psychisme différent, le calvaire quotidien qu'elles vivent et la frayeur qu'elles inspirent. La beauté de cette photo se trouve dans l'émotion qu'elle provoque...

Emy Neirynck

| |  Facebook | | |

9
déc

La Vie est une Salle d'Attente

photographe,photographie,irving s. t. garp,mort,vie,décès,salle d'attente,petitefille,cercueil

"Une enfant, un cercueil, un décor sobre, impossible de ne pas réagir. Que l’on aime ou que l’on déteste, cette photo interpelle.
Elle soulève en effet un sujet sensible dont l’existence est souvent mise de côté jusqu'à y être réellement confronté. La mort, sujet sensible, sujet tabou. L'interpellation est accentuée par le fait que le modèle est une fillette, d’autant plus qu’elle est seule à poser. En tant que parent, la sensibilisation n’est que plus intense.
Plusieurs questions se posent alors :
La vie se résume-t-elle à attendre la mort ou est-ce la mort qui nous attend ?
Notre vie n’est-elle qu’une naissance qui se clôture par la mort ?
Notre existence n’est-elle qu’un transit vers un ailleurs ?
Au final, sommes-nous seuls ?
La réalité de cette photo exposée de manière brute, sans artifices, n’arrêtera pas de soulever des idées enfouies, celles qu’il est plus facile d'ignorer. Pour moi, la vie ne se résume pas à une attente de la mort, je préfère la vivre comme une histoire sans fin. Certes, la mort me rattrapera certainement trop vite, mais en attendant, je profite de l’innocence qui m’est offerte. L'être humain n’est pas destiné à errer seul, il se construit avec et grâce aux autres. 

L’art d’Irving S. T. Garp, par ses différents clichés, nous dénonce des faits, des idées, des interrogations, quel que soit le style utilisé. Parfois humoristique, parfois dramatique et même parfois gore. L’auteur dénonce. Est-ce pour lui une sorte d’échappatoire ? Il expose ces vérités au grand jour et nous prend comme otages de cette remise en question. Finalement, l’indifférence est impossible, et c’est bien là le but recherché. Pari gagné !"


| |  Facebook | | |

2
déc

Courant d'Air

photographe,photographie,irving s. t. garp,courant d'air,femme,cheveux,sèche-chevuex,blonde,crâne


Bruxelles, un dimanche après-midi d’hiver.
Les deux garçons parcourent les salles du musée tels des tornades miniatures, plus occupés à jouer et à se chamailler qu’à regarder les œuvres, si ce n’est d’un œil distrait.
Soudain, l’un d’entre eux s’arrête et dit à l’autre « Eh regarde cette photo, elle est comique ». L’autre garçon s’interrompt, regarde, et répond « Ben quoi ? ». Et une fraction de seconde plus tard : « Eh oui !».
Et les voilà qui s’éloignent, éclatant de rire et échangeant l’un, un « trop cool », l’autre, un « trop drôle », déjà occupés à reprendre leur jeu tels deux « Quick et Flupke ».
Observant la scène, alors que j’étais moi-même fasciné par cette photo, mon regard ne cessant d’y revenir encore et encore, comme si elle contenait un aimant, je ne pus m’empêcher de penser que ces deux garçons avaient raison.
Ils avaient spontanément exprimé la raison pour laquelle cette photo retenait mon attention depuis de longues minutes. Ce côté banal d’un geste quotidien, combiné à l’aspect décalé, plein d’humour et défiant la logique, titille notre esprit critique, nous fait sourire, retient notre attention et, en fin de compte, nous touche.
Un beau clin d’œil au surréalisme belgo-belge !
Yannick Gilson

| |  Facebook | | |