08:06

23
jui

Fringale nocturne

Fringale nocturne - I.jpg

Le vent joue dans les branches d’une nuit glaciale.
Un clair de lune blafard tranche la pénombre d’une pièce aux arômes subtils.
Je n’y vois goutte, mais un craquement soudain me fait frémir... je commence à vibrer.
Un pas feutré glisse lentement vers moi.
Je n’y vois goutte, mais je sens distinctement l’irruption d’un corps à mes côtés.
Une respiration profonde, presqu’un halètement, se fait entendre et diffuse sa chaleur suave sur mon enveloppe glacée.
La douceur de sa peau me parvient, le temps suspendu, l’instant d’un soupir. Je sens la caresse de ce corps lascif, prêt à m’abandonner. Vais-je à nouveau retrouver l’immense tristesse de mes nuits d’insomnie ?
Soudain, une main ferme me saisit et me fend.
Sa nudité inondée de lumière, la beauté de ses courbes me subjugue, le grain de sa peau d’une finesse remarquable...
Une large brèche est ouverte par laquelle elle plonge dans mes entrailles. Son corps voluptueux poussé par un esprit anéanti se saisit de breuvages onctueux et de mets délicats. Elle résiste d’abord, hésite, puis laisse libre cours à sa fringale nocturne.
Honteuse, elle se rétracte et se laisse choir à mes pieds.
Combien de temps encore, cette étreinte sensuelle rompra-t-elle mon isolement nocturne ?
Le temps viendra où sa volonté rebelle, nos corps incompatibles, ma solitude retrouvée...


© Ph.Cl. février 2013.


| |  Facebook | | |