11:22

5
avr

La faute d’orthographe

La Faute d'Orthographe.jpg

Il y en a qui font tache. Tâchant de faire au mieux, ils troublent la conjugaison, s’embrouillent dans l’alphabet, s’enchevêtrent dans les filets de la grammaire, se compliquent l’écrit. D’aucuns opèrent par intuition, le souffle de l’esprit gonfle leur voile, ils rédigent à la présomption, au pif, à l’instinct ou au bon sens. D’autres, à la fibre érudite, naviguent grâce aux théories, compas et sextants des règles officielles.
Les uns s’énervent, barbouillent, raturent, font de petits pâtés. Les autres utilisent frénétiquement la gomme, l’effaceur, le tipex, la fonction Suppr de leur clavier. Tous ont des partenaires. Dictionnaires, vérificateurs d’orthographe, relecteurs, amis, collègues, secrétaires. Tous font des fautes. Etourderie, méconnaissance, dyslexie, oubli. Tous s’en veulent et se maudissent. Tandis que les autres rient sous cape, se moquent à haute voix ou s’offusquent.

C’est que c’est compliqué le français ! Pour une cédille, un accent, une simple lettre oubliée, le châtiment frappe de plein fouet. Aussi, les fauteurs de trouble langagier n’échappent pas à la pesanteur. Parce qu’il y a un lourd poids à porter, celui de la faute. Poids que l’on eût peut-être allégé en désignant autrement la coupable. Erreur, coquille, étourderie, l’usage de mots plus aériens inviterait certainement à davantage de clémence.
Dans « La Faute d’Orthographe » d’Irving S. T. Garp, il y a tout ceci, les frémissements de l’écrit, les angoisses des auteurs, avec cette petite goutte de vernis rouge en plus. Larme de sang qui vient caresser avec humour le péché originel. Une création facétieuse pour alléger le propos, instiller de l’humour, de la couleur et de la sensualité sur la honte. Une touche de laque vermillon sur la faute originelle, et voilà le péché pardonné ! Frisson de la chair qui prend corps sur un mot disgracieux, mal orthographié, un aveu inattendu, une déclaration, une faute ? Tous les mots et possibles s’y bousculent. Tandis que plane, hors champ, malicieux et irrévocable, le sourire d’une femme.

| |  Facebook | | |